Chroniques

Chroniques

Nos chroniques sur la musique sénégalaise et les artistes et musiciens sénégalais

Concert de l'Orquesta Aragon à l'institut Français de Dakar

aragon_027

« Ils donneraient la pêche à une armée de déprimés... » l’Express dixit. Et ce n'est pas les nombreux fans venus ce vendredi 22 mai à L'institut leopold Sedar SENGHOR de Dakar qui vont dementir le journal Express.
Depuis plus de 59 ans, les musiciens cubains de l'Orquesta Aragon écument les scènes du monde entier. Superstars au Congo, au Zaïre, au Mali, au Bénin... dans les années 70, ils ont notablement influencé la musique africaine.
Add a comment
  • Écrit par La rédaction
  • Catégorie : Chroniques

Admiral T a mis le feu à l’Institut Français de Dakar, ce samedi 02 Mai

admiral_t
Admiral T, de son vrai nom Christy Campbell, a séduit le public de l’Institut Français de Dakar lors de sa prestation du samedi 2 mai 2009. Un public très jeune est venu assister au spectacle du guadeloupéen qui est venu à Dakar à l’occasion du festival rythme de la banlieue dakaroise. Admiral T a fait une grande théorie sur l’importance que les gens accordent à l’argent.
  • Écrit par La rédaction
  • Catégorie : Chroniques

ABDOU LO : Un chanteur Fidel aux mélodies divines

abdou_lo_01

Il est reconnu par ses délicieuses chansons. Et il ne chante que les louanges du Prophète Mouhammad (PSL). Caractérisé par une volonté particulière et un savoir-faire remarquable dans cet art précieux qu’il a choisi, Abdou Lô fait  partie, aujourd’hui sans conteste, des griots du Prophète.  Ce jeune homme, dont la voix ne passe point inaperçu, fait bouger bon nombre de cérémonies religieuses depuis quelques temps.
Add a comment
  • Écrit par La rédaction
  • Catégorie : Chroniques

Le Retour de Xalam II au Just4U

xalam_005

Ils se sont déplacés massivement au Just 4 U ce week end, pour venir assister au spectacle offert par le groupe légendaire qu’est le xalam II. Les lead vocaux, Souleymane FAYE et COUNDOUL ont séduit plus d’un par la richesse de leurs textes et la qualité de l’interprétation des morceaux. Jules FAYE n’a pas cessé de captiver l’attention du public avec des blagues et de l’humour. Il n’a pas hésité à faire monter une valise sur scène lorsqu’il interprétait le morceau « Dama bouga gnibii » comme pour montrer un désir ardent de vouloir rentrer chez soi quand on est à l’étranger. A la demande générale ils ont joué le morceau « Djisalbéro » qui leur a permis d’effectuer un voyage en Casa Di Mansa avant de retourner au nord du Sénégal avec le morceau « Yellé ».
  • Écrit par La rédaction
  • Catégorie : Chroniques

Les Maracas africains ou "Kessink kessink"

kessink_kessink03

En effet on utilise les maracas dans les mélodies africaines pour avoir une sonorisation légère. C’est un instrument qui n’est jamais utilisé seul, le  maraca ou kessink-Kessink accompagne toujours le balafon, le bolon, le djimbé etc. Son usage est rependu partout en Afrique de l’ouest, dans chacun des pays qui compose cette sous région c’est un instrument qui est familier aux populations. A l’origine c’est une calebasse que l’on peint, puis elle est emballée par un sac de perle, ce qui laisse comprendre que sa fabrication est des plus simples dans la mesure où l’homme n’y ajoute que la décoration sinon c’est l’arbre qui donne le produit fini. Dans les ballets traditionnels africains le maraca est  toujours utilisé du fait de la présence des djimbé, du bolon… et  y devient une nécessité pour son caractère léger.
  • Écrit par La rédaction
  • Catégorie : Chroniques