Chroniques

Chroniques

Nos chroniques sur la musique sénégalaise et les artistes et musiciens sénégalais

AU CASINO BARRIÈRE : Youssou N'Dour a sublimé

youssou-ndour-casino-barriereC'était mal parti : une salle pas très remplie et des fauteuils de théâtre, on a rêvé mieux pour accueillir Youssou N'Dour.

Mais sa musique et cette voix qui vibre comme un djembé ont aspiré le public hors des fauteuils, au plus près de la scène. Avec ces sons qui viennent toucher les pores, les sens, le coeur et qui font le paradis des couples mixtes. Car Youssou N'dour est ce magicien qui sait créer les conditions pour un voyage sublime à Dakar.
Les fauteuils, on les laisse donc derrière nous. Add a comment
  • Écrit par La rédaction
  • Catégorie : Chroniques

Jimmy Hope, l’un des pionniers de la musique africaine : " Nous devons conscientiser ceux qui écoutent notre musique, à travers des messages "

jimmy-hopeDe son vrai nom Senaya, Jimmy Hope, d'origine togolaise, est un artiste musicien international, peintre et sculpteur. Il est aussi reconnu comme fervent défenseur d'une Afrique libre. D'où son choix pour le Blues, un genre musical dont le rythme vient de l'âme et du cœur. Lors de son passage à Bamako pour l'enregistrement de l'émission de téléréalité Tounkagouna, il a bien voulu répondre aux questions de Bamako Hebdo. Add a comment
  • Écrit par La rédaction
  • Catégorie : Chroniques

8e édition de la biennale : "Danse l'Afrique danse !" : Bamako devient la capitale de la danse et de l'expression contemporaine

danse-afrique-danseDu 29 octobre au 5 novembre, la ville des trois caïmans se transformera en capitale de la danse et de l'expression contemporaine. Cette édition de Bamako va recevoir 16 pays africains invités, plus de 200 artistes et un espace de diffusion internationale pour la création contemporaine.

Initiées en 1995 par Culturesfrance, les 8e  Rencontres Chorégraphiques de l'Afrique et de l'Océan Indien "Danse l'Afrique danse!" se dérouleront du 29 octobre au 5 novembre 2010 à Bamako sous la direction artistique associée de Kettly Noël. Au programme : le concours mettra en compétition 20 compagnies et solos de 16 pays différents - une programmation dans les quartiers de la ville - des coproductions internationales - des rencontres professionnelles, et tout ceci au Palais de la Culture, au CCF, au Blonba, au Ciné Soudan, à Donko Seko, à la rue Princesse et dans toutes les communes de Bamako.

Les modalités du concours

Le concours s'adresse à tous les chorégraphes vivant et travaillant sur le continent africain. Il concerne des œuvres d'une durée comprise entre 10 à 15 minutes pour les compagnies et ne pouvant réunir plus de six interprètes sur le plateau. Parmi 150 candidatures provenant de 22 pays différents, ont été retenus 10 compagnies dans la catégorie "Pièces collectives" et 10 solos dans la catégorie "Solos". A l'issue de la biennale, le jury distinguera au maximum 2 pièces de groupe et 1 solo.

Comme distinctions, les deux compagnies et le solo primés bénéficieront d'une tournée internationale. La première étape se déroulera de novembre à décembre 2010 en Afrique à la suite de la manifestation dans le cadre du projet des ''Indépendances''. La seconde étape sera internationale. Par ailleurs, le jury accordera à la compagnie lauréate (1er prix) une aide à la création d'un montant de 5 000 euros pour un projet en 2011/2012.

Lors de cette biennale, il aura aussi des programmations hors concours. Tels que le plateau des festivals, Danse de Bamako, Connecting Projetcts, des Lauréats et après et Visa pour la création. Les invités de cette édition Gregory Maqoma (Afrique du Sud) et Radhouane El Meddeb (Tunisie).

La danse, le temps de la biennale, se veut libre de toute expression. La curiosité sera forte, la nécessité bien présente, la créativité prendra de plus en plus sa place et laissera des traces…La biennale Danse l'Afrique danse ! à Bamako est un événement de proximité et s'engage à toucher de près ou de loin la population de la capitale en développant des ancrages dans chaque quartier de la ville.

La directrice artistique associé Danse l'Afrique danse 2010, Kettly Noël, d'affirmer que la biennale Danse l'Afrique danse s'est déjà produite de nombreuses fois sur le continent africain. Mais la grande nouveauté, d'une importance décisive dans l'histoire de la manifestation, est bien le fait que le pays organisateur se soit à ce point financièrement engagé dans la production de l'événement. Le Mali est bien ce pays de culture que l'on a souvent vanté. Son investissement dans cette manifestation montre bien que l'orientation artistique fait partie intégrante du développement harmonieux de l'ancien Mandé.



Bandiougou DIABATE

[email protected]

Source : Bamako hebdo via Maliweb.net

Add a comment
  • Écrit par La rédaction
  • Catégorie : Chroniques

Festival International « Jazz à Dakar », Faire de notre capitale une plaque tournante du Jazz.

jazz_dakarJazz à Dakar est l’organisation à Dakar d’un festival International de Jazz et des musiques du monde. Il s’agit d’une idée de Monsieur Michael Soumah, Journaliste Animateur à la Radio télévision Sénégalaise, qui en est également le Directeur. Michael espère faire de Dakar une plaque tournante du Jazz.
.
L’événement « Jazz à Dakar » envisage de réussir une parfaite jonction entre différentes têtes d’affiches du Jazz d’ici et d’ ailleurs. Ces artistes invités viendront essentiellement d’Afrique, d’Europe, des Etats-Unis d’Amérique et de la Diaspora.

Pour l’édition 2010 (la quatrième), les dates retenues sont les Jeudi 04, Vendredi 05 et Samedi 06 Novembre à l’INSTITUT FRANCAIS de Dakar à partir de 20h30.
Add a comment
  • Écrit par La rédaction
  • Catégorie : Chroniques

Gorée Diaspora Festival : Sous le signe de la mémoire et de la réconciliation

goree-d-fLa 5ème édition du Gorée diaspora festival, prévue du 4 au 7 novembre 2010, a choisi d’exprimer la vision d’une Afrique soucieuse de dépasser les clivages de la traite négrière, de la colonisation.

A la place d’une œuvre de mémoire contemplative, la 5è édition du Gorée diaspora festival (Gdf), prévue du 4 au 7 novembre 2007, ambitionne, cette année, au delà de l’aspect festif, de développer une œuvre de réflexion prospective. Le thème de cette année est « Les îles, lieux de mémoire, de paix et de réconciliation ». « L’objectif est de faire un travail de souvenir sur la question de la traite négrière pour s’en servir pour l’avenir », a expliqué, mercredi, au cours d’une conférence de presse, Me Augustin Senghor, président de l’association Gdf, par ailleurs maire de Gorée. Add a comment
  • Écrit par La rédaction
  • Catégorie : Chroniques