Chroniques

  • Publié dans Chroniques

sony musicLe label international de l’industrie musicale Sony Music Entertainment ouvre une franchise à Abidjan ce mardi 17 janvier. L’événement vient remettre en selle la place abidjanaise qui avait perdu son lustre de capitale africaine de la musique.

Abidjan, place forte de la musique africaine. Après quelques années de faste amoindri par le succès de la musique nigériane, la capitale ivoirienne est de retour. L’ouverture prévue ce mardi d’une franchise locale du géant mondial de l’industrie musicale, Sony Music Entertainment, vient donner une nouvelle dimension à cette ambition.


Il fut un temps où le pays se targuait en effet d’être la plaque tournante de la musique africaine. Les grandes voix du continent tels Papa Wemba, Angélique Kidjo ou Youssou N’Dour avaient leurs habitudes dans le pays qui avait servi de rampe de lancement à leurs carrières, dit-on. De grandes maisons de production et de distribution, Emi Music et Showbiz, avaient alors vu le jour avant de faire les frais du piratage de disques à la fin des années 1990.

Aujourd’hui Sony Music revient avec l’ouverture d’une franchise à Abidjan. Mais cette nouvelle venue va-t-elle changer quelque chose? A la mi-décembre, lors du lancement de son album <em>Africa Rek</em>, l’artiste sénégalais Youssou N’Dour, ambassadeur du label Sony International, avait vendu 5.000 albums en l’espace d’une journée. Un record absolu perçu comme le signe d’existence d’un marché ivoirien toujours réceptif aux meilleurs talents artistiques et susceptible de se reconvertir aux disques originaux.

«L’avantage pour nous, c’est qu’on aura sur place une grande maison de production à qui on pourra présenter nos œuvres et qui pourra aider à donner une dimension internationale à notre carrière», s’excite celui qui se fait appeler Dj Mabel, un disc-jockey qui rêve d’une carrière musicale. Un souhait matérialisé pour des artistes locaux comme Tour2Babel et Révolution (qui détonne avec son Je ne boisson plus…), qui font partie depuis le début de l’année de l’écurie du label musical Sony.

Sony Music arrive dans le sillage de plusieurs firmes de l’industrie musicale internationale qui ont opté pour faire d’Abidjan leur point d’ancrage dans la région, au moins en Afrique de l’Ouest. En 2015 déjà, le français Universal Music (du groupe Bollore) avait déposé ses valises dans le pays. La même année, Vibe Radio, la chaîne internationale du groupe Lagardère, et Trace FM (la première radio en Afrique du groupe Trace TV) ouvraient leurs stations abidjanaises. Un retour pour le bien des mélomanes et des musiciens du continent.

Avec Afrique.le360.ma