Interviews

  • Publié dans Interviews

ombre zion 1L’artiste à la vibemélodieuse et légère, dont  la polyvalence en la musique reggae et R&B n’est plus à démontrer sur la scène musicale des rastas et des rappeurs Ombré Zion, d’aucuns voient en lui l’authentique reggaman africain, car tout en faisant de la  musique jamaïcaine à rythme binaire syncopé et à structure répétitive, il là pratique à l’africaine. Il a été bercé par les musiques de Peter Tosh, de Bob Marley, d’Alpha Blondy, de YoussouNdour… C’est en 1994 qu’il se lance dans la musique avec le groupe ‘’Suprême KadduMag’’, entamant en 2005 sa carrière solo, il participe à des compilations internationales de reggae, mais Ombré se fera plus remarqué grâce à ses nombreux featring avec les rappeurs : Thieuf, Gaston, Keur-Gui, Res-KP, AlienZik etc. dans une entrevue accordée à Dakar Musique, Ombréconfie à cœur ouvert son feeling du reggae, sa vista des choses, sa philosophie rasta man d’Afrique etc.

Dakarmusique.com : pouvez-vous nous parlez de votre style musical parce que quoique vous faites du reggae mais vous flirtez également avec le R&B ?
En fait à la base, à mon premier groupe nous aimions chanter, l’un des membres était très R&B, moi j’étais plus reggae et on se complétait sans le savoir ; de plus tout ce qui m’entoure c’est le  hip hop, du coup j’ai forcément ce style en moi mais en même temps j’aime chanter le style traditionnel des  ‘’Guéweul’’, c’est pourquoi j’aime bien le ‘’Missaal’’, DiogalSakho etc. Bon nombre de gens veulent faire du reggae strictement comme le font les Jamaïcains, alors qu’on pourrait le faire certes à la leurs et concomitamment apporté notre petite touche africaine sans pour autant dénaturer le reggae; des choses de cette trempe même Sizzla ne pourrait pas les faire.

Dakarmusique.com : quand est-ce que la fibre reggae a étéexcitée en vous ?
Quand je réécoute notre première maquette je me rends compte que j’ai ‘’Toasté’’, mais je ne savais pas que c’était ça le ‘’Toast’’. Je pense que c’est quand j’étais petit dans les moments où mes tontons passaient du reggae encore et encore que j’ai eu cette influence.

Dakarmusique.com : ‘’Bégué Time’’ serait l’un des tubes R&B le plus accompli du hip hop Galsen.
J’ai dans ‘’Bégué Time’’ voulu parler un peu de mon guettho parce que je vous le dis, moi j’ai grandi entre Pikine et  Guédiawaye ; j’ai remarqué que les jeunes d’ici aiment bien aller en boite pour passer de bons moments, ils leurs arrivent même d’avoir une bourse maigre c’est pourquoi ils font du ‘’colo-colo’’ pour pouvoir sortir. J’ai voulu leurs dire qu’on peut faire du ‘’Bégué Time’’, aller dans des coins huppés tout en étant fier de là d’où l’on vient. Pour de vrai j’aime beaucoup ce morceau j’y fais du R&B tout en restant puriste ‘’From the down town to the town’’.

Dakarmusique.com : vous avez posé sur la même riddim que Tarrus Riley, Roman Virgo etc.
Les compilations reggae, d’habitude ce sont beaucoup d’artistes qui posent sur la même chanson, c’est ce qu’on appelle communément Medley. Les initiateurs de ladite compilation, ayant écoutés ma musique, m’ont contacté via le net pour me dire qu’ils voulaient vraiment que je participe à la compilation MCZ, donc on a fait coté business ce qu’il fallait faire, ensuite j’ai posé ma voix puis je les ai tout envoyé voilà. Ca fait vraiment plaisir de poser sur des compilations du genre où sont présents les Million Styles, Human, Tarrus Riley, Roman Virgo, Mister Vegas, Robert Lee, Alborosie,  LutanFyah, Makkan J etc. c’est vraiment motivant car les gens écoutent notre musique quand bien même ils ne nous connaissent pas.

ombre zion 2

Dakarmusique.com : qu’est-ce qui a motivé la rédaction du morceau ‘’AgainstImpunity’’ où vous vous attaquez au Président Gambien Yaya Jammeh ?
L’idée est venue de MalalTall,d’ailleurs nous avons enregistré chez lui ; je n’ai jamais pu supporter les délires de Jammeh, ceux qui ont une fois assisté à l’un de mes concerts le confirmeront, j’en ai beaucoup parlé. La liberté d’expression en Afrique on n’en parle et c’est important, tout le monde a droit à la liberté. On ne peut pas sortir la Gambie du Sénégal, je dirai que ce pays est la bouche du Sénégal sur la carte, tout sénégalais ou du moins beaucoup de sénégalais y ont des parents ; en Gambie personne n’ose parler de Yaya Jammeh ; les populations y sont muselées et je trouve ça anormale et inique parce qu’après tout Yaya ne peut être chose qu’un être humain. C’est le peuple Gambien qui l’a élu, son pouvoir n’est absolu, donc ce même peuple a droit plus que quiconque à la liberté, au bien être, au respect etc.

Dakarmusique.com : on vous connaissait Peace& Love mais là il semblerait qu’un révolutionnaire sommeille en vous ?
Je ne dirai pas révolutionnaire ! J’ai fait beaucoup de compilations où j’ai parlé de politique, moi tout ce que je chante vient forcément de ma vie, de mes influences, de ce que je vois à la télé, de ce qui me fait mal. Toute personne est sensée être révolutionnaire quand elle est asservie injustement, quand elle n’a pas ce qu’elle veut etc. quand je parle d’amour, pour moi c’est la même chose que ‘’AgainstImpunity’’, très souvent je n’écris qu’à propos des choses qui me touchent pour panser mon cœur et quand je dis : How manyyearspeople have been oppressed/ If wedon’tagreesowe have to protest/ we have to handleourowndestinycuzi’ts right time to fightagainstimpunity/ free, wewant to be free/, ça c’est pour tous les pays africains et pas uniquement pour Yaya Jammmeh.

Dakarmusique.com : que dites-vous aux gens qui adjoignent la musique reggae à la drogue ?
Personnellement que ça soit sport et drogue, personne normale et drogue, ou musique et drogue, moi, je ne pense  pas que ça soit deux choses qu’on peut allier ; pour preuve on a vu de grandes stars passer à coté à cause de cela, la pure vibe c’est de rester naturelle, c’est sûr qu’on ne peut pas se droguer tout en demeurant une personne normale. Je ne sais pas ce qui pousse les gens à prendre des substances mais ce n’est pas bien du tout alors.

Dakarmusique.com : où en êtes-vous avec vos projets ?
Pour l’instant je prépare activement mon prochain album qui sera du reggae live, car pour moi un album reggae doit être bien enregistré dans un studio  avec un producteur reggae qui connait comment faire les mixages etc. un gars avec qui s’associer pour faire un bon album. Toutefois je suis entrain de faire des sons au studio d’AlienZik pour une mixtape, ces gars sont des frères et au passage je les big up ; c’est dans le besoin qu’on reconnait ses vrais amis, moi je suis Alien je participe à leurs morceaux quand je veux.

Dakarmusique.com : quel est le nom de votre prochaine mixtape ?
C’est ‘’Rude boy in the Capital’’, parce que c’est cela mon slogan. Je suis né et j’ai grandi ici mais quand j’ai eu des connexions avec ceux qui sont de l’autre coté, ils disaient que les banlieusards n’étaientpas conscients, qu’ils sont des bandits, mais je me suis rendu compte que ces mêmes gens consommaient ma musique, viennent à mes concerts ; c’est les mêmes gars quim’indexaient qui également se délectent de mes produits, du coup je me dis que le ‘’rude boy’’ est dans la capital.

Dakarmusique.com : un message à lancer ?
Il n‘y avait plus de groupe reggae au Sénégal jusqu’à ce que viennent  mes frères du groupe Timshel je les respecte beaucoup, maintenant les You Makkan J, les Natty Jean, les Ceepee, African Band etc. et moi-même, il faut que nous sortions des albums intégralement reggae et comme ça le mouvement reggae va enfin naitre et perdurer au Sénégal. Je remercie tous ceux qui ont eu à me soutenir parce que ‘’I’mstrongbecausei’ma lion’’ je vous le dit,  je suis passé par des épreuves. One dayeverythingwillbealright !
Par Moustapha KORERA, DAKAR MUSIQUE
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.