Articles Actualité

  • Publié dans Actualités

aikon

Le groupe Solid vient de céder 50% de sa plateforme de distribution Music bi pour "50 millions Cfa" au chanteur Akon. Cette vente va ouvrir les portes d'un marché international dominé par iTunes, Deezer et Amazon.

En effet, Solid veut utiliser l'image de Akon pour gratter des parts de marché. Et pour atteindre cet objectif, une télévision dénommée Music bi tv devrait voir le jour bientôt.Le groupe Solid vient de céder 50% de sa plateforme de distribution Music bi pour "50 millions Cfa" au chanteur Akon. Cette vente va ouvrir les portes d'un marché international dominé par iTunes, Deezer et Amazon. En effet, Solid veut utiliser l'image de Akon pour gratter des parts de marché. Et pour atteindre cet objectif, une télévision dénommée Music bi tv devrait voir le jour bientôt.Le Conseil d'administration de la société Music bi s'agrandit. Il compte depuis lundi passé un nouveau membre. Il s'agit de Alioune Badara Thiam. Plus connu sous le sobriquet de Akon, le patron de la maison de production Konvict music vient d'acquérir 50% des parts de Music bi pour "50 millions Cfa". La cérémonie d'officialisation est prévue demain jeudi. L'objectif est de concurrencer les grands noms de la distribution musicale tels que iTunes, Deezer et Amazone. Pour ce faire, Akon n'entend pas changer l'équipe dirigeante. Bien au contraire, elle bénéficie d'une confiance totale du nouvel actionnaire. Qui va mettre à profit son image pour exporter Music bi. Mais le chanteur ne compte pas s'arrêter là. On informe qu'il "va également créer une télévision dédiée à la musique". Dénommée Music bi tv, cette chaîne va faire la promotion de la musique comme Trace tv qui, renseigne-t-on, sera d'ailleurs sa principale concurrente.S'il est bien clair que la venue de Akon dans le capital de Music bi est synonyme d'une exposition médiatique pour l'entreprise, tout de même, il faudra plus qu'un nom pour grignoter une part de marché aux champions présents sur l'international. En effet, Music bi devra dans un premier temps, régler ses problèmes de quota avec les opérateurs téléphoniques locaux, avant de lorgner le marché international.Entre 40 et 60%, c'est ce que touchent les opérateurs sur chaque transaction effectuée alors que leur travail consiste à héberger le message. En résumé, les opérateurs gagnent plus que l'artiste et Music bi réunis.Moussa Ndiaye, le Pdg du groupe Solid, annonçait à la cérémonie de lancement que ce manque à gagner pourrait permettre à Music bi de croître plus rapidement.Il faut rappeler que Music bi est une plateforme de distribution de musique. Elle est une filiale du groupe Solid qui est un groupe spécialisé dans les solutions. Elle permet d'acheter de la musique avec un téléphone basique. Le principe est simple : il faut aller sur le site internet de Music bi pour identifier le code de la chanson qu'on veut acheter. Ensuite, ce code doit être envoyé par message. Et une fois fait, un lien permettant de télécharger le morceau sera envoyé à l'acquéreur. Qui va disposer, à compter de la réception du message, d'un temps bien déterminé avant que le lien ne soit supprimé. Le coût du message varie entre 300 et 500 francs généralement.

 

seneweb