Articles Actualité

  • Publié dans Actualités

you ministre

Le 04 Juin 2016 , la culture sénégalaise s’etait fait répresentée dans la sphère des grandes nations à Bercy , par le nouveau roi le trés jeune Faramaren Wally Seck, apres trois années de vide musical, par le simple fait historique marqué par le retrait de la scéne musicale du désormais ancien roi du Mbalakh Youssou Ndour.
En effet il avait arreté de chanter dés 2012 pour s’embarquer en politique, contre le regime de Abdoulaye wade, avec la complicité de la france ancien colon .
A partir de ce moment , l’on aperçoit aisémment que la nature a horreur du vide , et le temps de la culture n’est jamais le temps de l’autre monde, rythmé par les triches et les slogans des Dieux immateriels :
La culture est tout ce qui reste quand on a tout perdu.
De 2012 à 2016 wally Seck se lança à la conquête du trône et conquit en un temps record le temps et l’espace par d’importantes victoires de la musique sénégalaise . Il occupa désormais les oreilles musicales des mélomanes et s’installa dans leur coeur sevré par le suicide culturel de leur star de jadis youssou Ndour qu’ils avaient fini de créer piéces par piéces dans un contexte trés particulier des annees 70 /80 dominé par la musique latino , Americaine .et Raggae.
Maintenant c’est le temps du nouveau roi !
le temps de l’enfant en or! chantaient ils en choeurs.
Pour rappel le contexte oû est né Youssou Ndour a été celui du monopartisme , et également du mono musical : Youssou Ndour avait dominé et régné, la scène musicale nationale sans partage grâce à l’appui sans faille du régime de Diouf de 1981 à 2000.
Le parti unique incarnait par le PS avait intronisé aussi son Roi Youssou Ndour au détriment de ses collèques à savoir Baaba MAAL, Iso LO , Oumar PENE , XALAM 2 , Thione Seck: Ce fut l’appogée du Mbalakh classique et des priviliegés avec des tubes à la gloire du Président Abdou Diouf : De Bana Birame Penda Ndiémé Bouna Alboury , à Lat Dior Diop Diogomaye jusqu’ à Abdou Coumba Dem boula pontou diam ……
La télévision nationale n’avait d’yeux que sur l’auteur de Khaliss nekhna, de Tabaski ect.
Actuellement , tout a evolué: Wally Seck contrairement à son prédecesseur n’a eu aucune faveur comme ce fut l’auteur de Birima .
Le fils de l’enemi juré de youssou Ndour a eu comme premier obstacle pas le moindre , celui d’etre exactement l’héritier de Thione seck et également son fils.
Wally Seck est venu dans un environnement démocratisé et de plurialisme musical et médiatique sous l’impulsion éclairée de l’internet :
Désormais personne n’arrêtera la culture par ses bras armés, comme ce fut les années de braises de la musique sénegalaise avec en ligne de mire la youssoundourisation de l’action musicale.
En 2017 le monde a changé avec la révolution numerique ; Oui le monde a même changé de Rois partout .
Comme le bon Dieu a ses mystéres que personne ne peut percer , le destin de Wally Seck échappera aux briseurs de rêves : Wally Seck parti pour une belle carriére de footballeur professionnel devient par la volonté des Dieux de la musique le nouveau Roi , de la musique sénégalaise tout court.
Wally Seck , l’auteur de Xeel ( l’intelligence ) et interprête de « Ma Sante yalla » ( Remerciements à Dieu) quand à lui , de part sa constance sur la scène nationale , et sous regionale, a atteint le trône du nouveau Roi avant l’heure.
Le processus de maturation de Wally Seck entre 2012 et 2016 lui a mis dans son statut de nouveau roi, et l’enfant en or , et atteint son paroxysme à Bercy le 04 Juin 2016.
El hadji Mansour Mbaye le fameux communicateur , qui dans un passé récent était le premier laudateur du roi du Mbalakh dira à l’endroit de Wally Ballago Seck : » Au lendemain de votre Bercy , le monde entier parlera de vous » fin de citation. Et ce fut ainsi.
Le 04 juin , la diaspora Africaine comme un seul peuple était debout pour ce baptême de feu du tout nouveau roi de la musique sénégalaise wally Seck le faramaréne , malgrès le débordement des eaux de la seine dans la capitale française et une circulation paralysée par l’arrêt du métro parisien à cause des intemperies, un climat hotile à tout évenement ; le Faramaréne dans l’antre de Bercy , persuadé d’avoir conquit le trône dira : « Allumez la lumière et montrez tout, “Sénégalais dafa meuna wéddi »
La culture sénégalaise est désormais là , présente dans la capitale française . Cette culture est là, et elle charrie notre nation sénégalaise dans son essence , qui est un creuset de diversité culturelle fécondante nous permettant à chaque étape importante de notre quotidien inébranlable , de rester attacher à nos origines; nos racines; finalement de rester nous même malgrés le succés.
La culture sénegalaise a toujours demeuré dans ses fondementaux un facteur porteur de croissance et de plus value : Elle nous a tout donné: Joe Ouakam, Abdoulaye Mboup , Bira Gueye , Ndeye Khady Niang , Sembene Ousmane, Leopold sedar senghor, Madiodio Gning ect.
Elle a construit des empires du walo au Djolof , du Cayor au Fouta et du sine au saloum avec un patrimoine inestimable qui fait la fierté et le répére de notre nation.
Elle me donne toujours raison de croire à la réincarnation d’autres Dieux , tellement elle nous démontre à chaque jour des preuves de croire en nous même.
Justement , c’est par elle que nous avons, des astres surhumains dans tous les domaines d’activités. C’est pourquoi nous nous devons dans tous nos programmes et projets de developpement durables , de miser et de partir à partir de notre soubassement culturel. C’est en cela que nous retrouveront la voie du salut .
Et pourtant l’homo senegalensis , vecteur culturel devrait au devoir de croire à lui même d’abord ; en effet c’est par cette voie que la culture nous donnera d’autres Dieux sans rupture.
Senghor est parti , il s’est inscrit à l’horaire des songes et voila que Amadou Lamine Sall le fils devient immortel et lauréat des grands prix de l’academie française.
Joe Ouakam et Ousmane Sow passérent le témoin aux jeunes dont ndary Lo.
Youssou Ndour opta pour la renonciation du micro d’or pour aller à la conquête du pouvoir qui a toujours corrompu l’homme.
Youssou Ndour cessa d’incarner le peuple dans sa diversité culturelle et devient pendant sept mois ministre de la culture et treize mois celui du tourisme au nom de Fecce Macci Bollé. Et à l’arrivée un bilan catastrophique même dans son propre secteur celui de la culture ce fut l’embourbement.
Et voila le sort réservé à son peuple qui lui a tout donné. Mais la réaction pour condamner ce crime contre la nation fut celle de la diva Coumba Gawlo Seck : » Mane féccé Bolléwouma Ci » une telle affirmation de la diva planetaire met à nu la nature opportuniste de l’auteur de Samba Abidjan.
Youssou Ndour reste ministre de la république et méne une descente de chute libre directement vers le bas des escaliers pour concurrencer , dans un conflit d’interets sans précedent ( youssou ndour est Ministre et Operateur Culturel ), la nouvelle génération qui a fini d’intrôniser son nouveau roi l’enfant né dans les entrailles de Bercy sans armes sans violence et sans haine: Wally seck.
Aujourd’hui Wally Seck reste le seul repère oû sont résolumment tournés Youssou Ndour et son label Prince Arts .
Youssou Ndour est sur les traces de Wally Seck. Finalement le bercy du nouveau roi Wally Seck a reveillé les deserteurs endormis sur leurs lauriers, par ce que simplement le Bercy de wally Seck a changé notoirement l’histoire culturelle du sénégal.
Le Ministre Youssou Ndour en quête de nouvelles orientations pour sortir de sa torpeur n’a qu ‘un defi majeur: Etre sur les traces du nouveau roi Wally Seck.
Mais réléver ce defi à quel prix?
Les sénégalais ont tout compris . Nous avons compris qu’au moment oû les hôpitaux sont en quête d’une radiothérapie , des milliards de nos impôts et du contribuable sénégalais sont mis dans l’organisation d’un Bercy pour la réussite du défi à relever , le paris de la mobilisations des militants de circonstance, venus simplement pour la renaissance d’un roi déja inscrit dans le passé triste d’un peuple stoique.
Le peuple est resté stoique autant la culture l’est . Nous avons compris que la culture est prise en ôtage par un roi et sa famille :
– Le monument de la Renaissance africaine
– La place du souvenir Africaine
– Et la Sodav
Toutes ses biens qui restaient à nourrir la génération actuelle et future sont malheureusement entre les mains d’une seule famille le Ministre youssou NDOUR.
Pour finir,
Abib Faye et jimmy Mbaye ont triomphé devant l’histoire , eux qui se sont battus pour faire marcher le Ministre Youssou NDOUR sur les traces du nouveau roi Wally SECK.
LE PRESIDENT
ABDOULAYE MAMADOU GUISSE
( OMART )
Observatoire de la Musique et des Arts du Sénegal.
email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.